Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /usr/www/users/newfi4bt/nff.insightful.design/private/functions.inc.php on line 34

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /usr/www/users/newfi4bt/nff.insightful.design/private/functions.inc.php on line 34

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /usr/www/users/newfi4bt/nff.insightful.design/private/functions.inc.php on line 34
New Field Foundation :: Fondation New Field :: Notre Programme en Afrique :: Subventions attribuées :: Mano River Union
  texture_top home_button logo English
Version
photos
Subventions attribuées
Collaboration
Publications

Subventions attribuées | Mano River Union


cliquez à élargir

Problématique
L'Union du fleuve Mano est une région frontalière entre la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Cette région est culturellement distincte et accueille les peuples Kissi et Mende qui peuplent les trois pays. Malgré l'imposition de frontières nationales par les pouvoirs coloniaux européens, et malgré un passé de rivalités territoriales, les peuples Kissi et Mende ont réussi à maintenir leur identité sociale et économique.

Riche en forêts et en terres fertiles, cette région frontalière a été cultivée pendant plusieurs siècles par des communautés très soudées. Parallèlement, cette région a fait l'objet d'une domination politique et économique, avec des niveaux élevés de pauvreté et une absence de gouvernance démocratique. Cette région est devenue la proie d'envahisseurs cherchant à prendre le contrôle de ses abondantes ressources naturelles et de ses minéraux, notamment les diamants.

Dans les années 1980 et 1990, des rebelles soutenus par Charles Taylor, au Liberia, ont provoqué un conflit dévastateur dans la région, faisant plus d'un million de morts, trois millions de déplacés, et plus de 20 000 enfants soldats enrôlés de force, sans compter le viol d'innombrables femmes dans le cadre d'une politique de terre brûlée. La région frontalière entre les trois pays était au centre du conflit, détruisant la vie de village, les ressources locales et les infrastructures.

Avec le retour fragile de la paix, les femmes et leurs enfants retournent à leurs villages, emportant avec elles de nouvelles idées et des projets inspirés par leur expérience de vie dans les villes ou dans les camps de réfugiés. Nombre d'entre elles ont tout perdu, leur famille, leur maison, leurs moyens de production agricole, leur tranquillité d'esprit. Elles ont dû remettre leur vie sur pied avec peu ou pas d'accès aux financements proposés après le conflit par le gouvernement et des organisations non gouvernementales.

La Sierra Leone et le Liberia ont tous les deux connu des avancées politiques pour les femmes au cours des dernières années, notamment avec des Propositions de Lois sur le Genre qui créent un nouveau cadre légal pour répondre à la violence basée sur le genre, les droits de succession et les mariages forcés. Ceci est important pour les femmes rurales, car elles souffrent encore de la violence et de la marginalisation après vingt années de guerre. En outre, les gouvernements des deux pays se sont engagés en faveur de la sécurité alimentaire, du soutien aux petits paysans, notamment les femmes, et à l'augmentation de la production agricole.

New Field s'est aperçu que des subventions versées directement à des groupes de femmes rurales dans les régions frontalières pouvaient nettement renforcer leadership et leur impact, permettant d'établir la paix, de reconstruire la vie de famille et de la communauté, d'alléger le travail des femmes et d'augmenter la production de denrées alimentaires.


cliquez à élargir



<< Retour à la page précédente

   
    end